RÉSIDENCE «ALBA»
pour 9 danseuses et 1 danseur

Création: le 03/05/2006, au Théâtre Meli d’Athènes
Musique: Youri Stoupel, Françoise Barrière, Manuel de Falla

L’élégie de M. Hernandez «Elegia a la muerte de Garcia Lorca», nous introduit dans le monde de la Résidence «ALBA»: un monde de silence et de luttes, le monde infernal de la solitude à l’atmosphère étouffante où règne l’odeur fade de la mort. Un monde dans lequel Bernarda gouverne en despote absolu…

La rigueur d’un homme le jour de sa condamnation à mort de vouloir écrire sa dernière pièce, associée à une évidence personnelle d’être confronté avec l’écrasante majorité de danseuses qui suivaient mes cours, ont été ma source d’inspiration. Ensuite, les divers éléments caractériels exposés par Lorca lui-même m’ont conduit à la structuration de l’œuvre.

Pourquoi un homme pour le rôle de Bernarda ? Simplement, puisqu’avec ce nom, Lorca voulait souligner la force du personnage. Il s’agit d’une racine linguistique qui provient de l’allemand «bär», c’est-à-dire avec la force de l’ours.

À partir de ce moment là, les éléments séparés jusqu’alors se sont enchaînés les uns aux autres…

Aenaon Dance Theater - Daniel Lommel